Game Designer, un métier aux 1000 facette

Et voilou le 50ème article de mon blog et pour fêter ça, j’ai décidé de réécrire un ancien article sur mon métier : Le Game Design

Ça fait 6 ans (sniff le temps passe vite) que je suis entré dans l’industrie du jeu-vidéo, mais j’ai toujours souhaité « faire du jeu-vidéo » sans pour autant savoir exactement de quel métier je parlais.

Je suis venu au métier de « Game Designer » ou tout du moins pris connaissance de ce qu’étais un Game Designer relativement tard et pour tout vous dire je m’étais orienté vers du « Graphisme 3D » avant de changer de voie !

C’est un métier qui devient de plus en plus connu grâce à la médiatisation grand public de notre industrie, mais peu de gens savent exactement ce que fait un Game Designer et ses différentes spécialisations.

Cet article a pour but de vous présenter les différentes tâches d’un Game Designer et je finirai par donner des conseils à ceux qui souhaite se lancer dans notre beau métier pour y arriver !

Allez c’est parti.

Note : Pour les joueurs de « WAKFU, les Gardiens » je vais mettre les avatars de Scheik et moi-même en face de chaque spécialisation pour que vous puissiez voir quels sont les tâches que nous avons.

1/ Game Designer, les bases

Un Game Designer est appelé comme cela s’il n’est pas spécialisé dans un des domaines que nous allons voir ou bien qu’il endosse plusieurs spécialisations.

Les Game Designer sont généralement spécialisés uniquement dans les très grosses productions approchant la centaine de personnes. Dans les équipes plus petites, il est très rare d’avoir un Game Designer ne faisant qu’une seule tâche.

Pour simplifier le rôle d’un Game Designer, je vais dire que c’est lui qui est chargé d’écrire toutes les règles du jeu et parfois l’histoire.

a) Être un bon Game Designer

——-Attention ce qui suit n’engage que moi !——-

Pour moi voici les points qu’un bon Game Designer doit avoir :

 

Créatif : Avoir des idées bien sûr, mais aussi savoir trouver des solutions rapidement, rebondir sur les problèmes pour en faire des avantages. Un bon « créatif » sera une personne qui arrive à construire un espace de jeu intéressant en « jouant » avec les contraintes qu’il a.

Structuré, ordonné et synthétique : Pour être un bon Game Designer il faut réussir à découper une idée en micro-mécaniques, des sortes d’engrenages qui s’emboitent parfaitement les uns dans les autres pour créer une mécanique de jeu intéressante. L’étape suivante est de pouvoir synthétiser le principe pour pouvoir en parler de manière simple.

Excellente communication : L’un des points fondamental : la communication. Le jeu-vidéo est un travail d’équipe où la communication est au cœur du processus de création. Avoir la meilleure idée du monde ne sert à rien si on ne peut pas l’expliquer et en parler avec le reste de son équipe. Une bonne communication orale (et écrite) est donc primordiale.

Ouvert et curieux : Au jeu-vidéo bien sur, mais aussi à l’histoire, l’actualité, l’art, la littérature. Le monde qui nous entoure est une source inépuisable d’idées et de références, c’est à nous de prendre le temps de le regarder !

Connaitre les limites de son métier : La créativité c’est un peu comme la liberté elle s’arrête là ou commence celle des autres… Il est important de connaitre les limites de son métier, nous ne sommes ni programmeur, ni graphiste !

L’anti-star : Si vous souhaitez devenir une star du jeu-vidéo ou commander une équipe pour qu’ils suivent vos idées, si vous pensez que vos idées sont meilleures que toutes les autres, alors lisez bien ce qui suit : s’il vous plait ne devenez jamais Game Designer. Vous vous êtes trompés de métier, le jeu-vidéo est un travail d’équipe, sans équipe il n’y a pas de jeu et le Game Designer n’est pas en haut de la pyramide, il est en bas avec le reste de son équipe.

 

b) Les types de Game Designer

J’ai lu, il y a quelques temps, un article sur le Game Design intitulé « Le Game Design : un art ou une science ».

Ça représente bien les deux types de Game Designer que l’on peut trouver. Je vais me limiter volontairement à deux types, même si en réalité il y en a beaucoup plus, disons que se sont les deux « extrêmes ».

 

Le créatif : Un Game Designer souvent orienté sur la narration , la création d’univers et qui aime raconter des histoires. Il aime apporter des émotions et des sensations de jeu.

* Points forts : Il apporte beaucoup d’idées, il a une assez bonne vision « orienté joueur », il apporte le petit plus qui fait le « Whhha cool ! ». Les meilleurs créatifs peuvent enflammer une équipe de créa.

* Points faibles : Attention à ne pas rester trop du coté « joueur », les mécaniques invisibles aux joueurs doivent exister (c’est même notre rôle de dissimuler les ficelles du jeu 🙂 ). Il ne faut pas non plus se perdre et adopter un langage plus technique en fonction de notre interlocuteur (les programmeurs par exemple).

 

Le technicien : Il aime les mécaniques et systèmes de jeu, c’est un peu la partie « scientifique » du Game Design. Avec lui les bases du jeu seront saines et l’équilibrage assuré !

* Points forts : Il n’a aucun problème à parler avec les programmeurs et trouver des solutions techniques rapidement. Il pourra mettre en place des systèmes complexes et les maintenir à jour.

* points faibles : Il ne faut pas perdre de vue l’intégralité du jeu, une belle mécanique n’est intéressante que si elle s’intègre à l’intégralité du projet. Il ne faut pas oublier non plus que l’on fait du jeu-vidéo pour le joueur (enfin… c’est une vision idéaliste…)  et non pas pour le jeu lui même.

 

Tout Game Designer penchent vers l’un ou l’autre, mais a forcément un peu des deux.

Je ne saurai pas vous dire vers quel type je penche le plus, j’essaie personnellement d’avoir un équilibre entre les deux. Ce serait d’ailleurs assez drôle de demander à mes collègues la manière dont ils me perçoivent, je pense que les réponses ne seraient pas forcément les mêmes.

A titre personnel je joue le schizophrène… au début j’endosse le rôle de créatif et ensuite celui de technicien. Le premier rôle apporte pas mal de challenge au second ^^.

Si je devais citer mon modèle en Game Design… est bien ça ne serait pas un Game Designer mais plutôt : « Léonard de Vinci ».

Bizarre comme réponse, je sais. Mais c’est une personne qui a utilisé la science pour mieux comprendre l’art et parfois l’inverse, il a cette ambivalence que j’adore.

2/ Les tâches et spécialisations d’un Game Designer

Je vais présenter certaines de nos tâches les plus courantes et qui parfois donne naissance à de véritables spécialisations.

System Design

Le « System Design » c’est la création des systèmes et mécaniques du jeu, un Game Designer peut être spécialisé dans ce domaine, on l’appelle alors le « System Designer ».

Prenons un exemple concret pour un jeu vidéo tels qu’un Mmorpg, le « System Designer » va être amené à travailler sur des éléments tels que la « Création d’avatar », le « Système de sort », le « Système de leveling », le « système de drop », etc…

Certains doivent se demander « Mais que fait-il réellement? ».

Et bien il est en charge de définir pour un système donné (ex: la création d’avatar), quels sont les possibilités du joueur, quels sont les règles précises, ce qui se passe quand on appuie sur tel ou tel bouton, il doit définir tout ce qui sera en jeu en relation avec le système sur lequel il travail.

Le nombre de « System Designer » varie en fonction de la taille d’une équipe, ça peut aller d’une seule personne à une petite dizaine.

Item design

Cette tâche dépend surtout du type de jeu que l’on réalise.

Sur un RPG ou un jeu d’aventure c’est une tâche conséquente faisant partie du cœur du jeu.

Il s’agit de créer l’intégralité des objets du jeu, leurs fonctionnements mais aussi leurs descriptions et l’intégration au jeu.

L’équilibrage est important car les objets sont souvent les « récompenses » donner au joueur. Leurs puissance, mais aussi leurs taux d’obtention ou la manière de les obtenir sont extrêmement important, car il participe à un élément unique : le plaisir de jeu.

Combat Design

C’est en quelques sortes la création des combats ou pour généraliser un peu plus des affrontements.

Dans certains types de jeu (et pour les plus grosse production) un Game Designer peut être spécialisé dans ce domaine, on l’appelle alors « Combat Designer ».

Il va devoir gérer les rythmes du combat, définir quels sont les opposants et ce qu’ils possèdent en sorts/armes/équipements/actions, comment se déroule le combat, etc…

C’est aussi lui qui va définir les actions du joueur et les équilibrer, il participe parfois à la création du système de combat en lui même (System Design).

Pour résumer de manière très simpliste ce travail, il passe par 3 phases :

1/ Création

2/ Intégration

3/ Test et équilibrage

Pour créer les affrontements et connaitre leurs contextes et leurs objectifs, le Game Designer en charge de cette tâche va se baser sur le « Content Design » que nous allons voir tout de suite !

Content Design

Le « Content Design » regroupe l’écriture de l’histoire (le background), la définition des personnages, l’enchainement des missions ou quêtes.

Un Game Designer spécialisé dans ce domaine est appelé « Content Designer », il est bien souvent confondu avec  le « Game Writter » que nous verrons par la suite.

C’est souvent lui qui écrit aussi les scripts des cinématiques ou en définit au moins les grandes lignes.

Le « Content Designer » ne donne qu’une base sur laquelle le « Game Writter » va venir construire certaines parties du jeu.

Pour résumer le « Content Designer » pose les structures narratives sur lesquels se poseront les textes, cinématiques, quêtes/missions et dialogues.

Game Writter

Le « Game Writter » est chargé d’écrire l’intégralité des textes narratifs.

Les dialogues, les textes de quêtes ou missions, les descriptions d’objets, tous les textes qui finalement pose la narration d’un jeu sont écrit par un « Game Writter ».

Dans certaines équipes le « Content Designer » est aussi le « Game Writter » dans ce cas là on l’appelle plutôt « Narrative Designer ».

Pour utiliser un exemple concret, sur le projet sur lequel je travaille actuellement nous sommes une petite équipe (11 personnes), je prend en charge le « Content Design » du jeu mais c’est ma collègue Game Designer (Scheik pour les joueurs qui liront l’article) qui se charge de l’intégralité des textes.

Technical Designer

C’est une spécialisation plutôt qu’une tâche à part entière, le « Technical Designer » va créer le lien entre la partie créative et la partie technique, il doit comprendre les enjeux créatifs et doit pouvoir parler aux programmeurs d’un point de vue technique.

Il faut avoir certaines connaissances techniques pour pouvoir prendre en main des langages de programmation « simple » (lua, python, etc..) et/ou des bases de donnés.

C’est aussi une personne qui sera relativement à l’aise avec les statistiques et probabilités et par conséquent très utile pour l’équilibrage du jeu.

Il travail souvent de concert avec les « System Designer », et selon la taille de l’équipe un Game Designer peut être « System Designer » et « Technical Designer ».

UI Design

L’UI Design consiste à créer l’interface d’un point de vue logique (pas graphique) et plus globalement l’ergonomie.

C’est parfois un Game Designer qui s’en charge, mais dans certaines productions il peut arriver qu’une personne est spécialisé dans ce domaine, on l’appelle « Ergonome ».

Ici on ne s’occupe pas de la partie graphique mais uniquement de l’ergonomie (simplicité d’accès, informations à donner aux joueurs, à quel endroit et à quel moment, etc…) et travaille de concert avec le graphiste « Interface et Feedback ».

Il doit s’assurer que le jeu est facilement utilisable par le joueur, qu’il y a les « Sign and Feedback » nécessaires pour que le joueur comprenne le jeu.

Aucun élément ne doit créer une barrière entre le joueur et le jeu, sans un bon « UI Designer » l’immersion peut ne pas se faire.

Un joueur ne doit pas chercher les informations et il ne doit pas en avoir plus qu’il n’en a besoin.

Level Designer

Grand débat… est ce qu’un Level Designer est un Game Designer spécialisé ?

Je ne compte pas y répondre ici, mais je voulais au moins présenter ce métier.

Le Level Designer est chargé de concevoir les niveaux, c’est lui qui est chargé de placer les monstres dans l’environnement, de placer les objets, de concevoir les événements qui se déclencheront en jeu par le biais de script, etc…

Il doit être créatif mais doit aussi connaitre les outils d’un point de vue technique.

Attention un Level Designer, ne créé pas les décors au niveau graphique, il est chargé de placer les différents éléments produits par les graphistes pour créer un niveau de jeu.

Ce sont généralement les derniers à intervenir dans la chaine de production, c’est eux qui créent le contenu auquel le joueur va jouer.

En fonction du type de projet et de la taille de l’équipe, il peut y en avoir entre 1 et presque une vingtaine de Level Designer.

Junior Designer

Ce n’est pas une spécialisation, mais c’est un terme souvent employé donc je vais l’expliquer.

Un « Junior Designer » désigne un Game Designer faisant ces premiers pas et qui a besoin d’expérience et/ou d’apprentissage sur certains points.

Il travaille avec un « Lead Designer » ou un « Senior Designer ».

Senior Designer

Tout comme le « Junor Designer », le « Senior Designer » n’est pas une spécialisation à part entière, mais le terme est souvent utilisé.

Il désigne un Game Designer chevronné qui a acquis de l’expérience.

Au sein d’une équipe de Game Design, il travaille sous les ordres du « Lead Design » mais a de nombreuses responsabilités, il est parfois chargé d’encadrer une partie de l’équipe, de maintenir à jour les documents et/ou wiki de production.

Lead Design ou Lead Game Design

Il a en charge le management de l’équipe de Game Design et doit s’assurer que la « vision du jeu » mis en place par le « Creative Director » (nous verrons après son rôle) soit respectée.

En plus des aptitudes et connaissances en Game Design, il doit encadrer une équipe.

Il est en charge de la bonne ambiance de travail et de la motivation au sein de son équipe, c’est le premier moteur créatif.

Il doit être présent pour répondre aux questions sur le jeu et orienter les membres de son équipe, l’une de ses qualités doit être la communication.

Il ne doit en aucun cas devenir un « Visionnaire » ou un « Dictateur », il est là pour encadrer et non commander.

Un bon Lead est là pour amener des discutions sur le projet, écouter les idées qu’on lui amène et définir si elles sont cohérentes par rapport a la vision globale.

C’est aussi la personne qui va définir les méthodes et la base de travail de l’équipe de Design : comment va être documenté le projet, quels sont les systèmes basiques, quel sera la « Story line » (si le jeu ne possède pas de pôle « narratif« ) et tous ça en fonction de la vision globale du jeu qu’on lui a amené, du temps de production du projet et de l’équipe de developpement disponible.

Il trace en quelques sortes les chemins que devront emprunter les Game Designer de son équipe.

Il travaille avec le « Creative Director », le Lead « Artist » et Lead « Programmer ».

C’est lui qui se trouve en première ligne face au Producer et aux différents Lead et par conséquent c’est aussi lui qui entendra le plus de « non » ou « impossible on ne peut pas faire ça ».

Il doit avoir un œil critique sur les travaux de l’équipe, et doit être réactif pour trouver des solutions aux différents problèmes.

Il doit mettre en balance la qualité du jeu et la faisabilité dans le temps impartit et ce en permanence.

Creative Director,  Game Director ou Lead crea.

Il est à la tête du « bloc » créatif d’une équipe (Game Designer, graphiste, etc…), c’est lui qui met en place la vision globale d’un projet et en assume les conséquences.

C’est un manager d’équipe, il doit s’assurer que la vision du jeu est bien comprise par l’ensemble de l’équipe du jeu (pas uniquement les créatifs) et assume la responsabilité des décisions qu’il prend.

Tout comme le Lead Game Designer, l’une de ses qualités doit être la communication et la parfaite maitrise de la chaine de production d’un jeu.

Il ne travaille pas sur un seul projet, et il définit les directions créatives à prendre pour son équipe, il a généralement en charge la réalisation des « Game Concept ».

 

3/ Devenir Game Designer

Il existe maintenant beaucoup de formation de Game Design de qualité variant énormément !

Je vais essayer de vous aiguiller au mieux !

a/ Le lycée

Un moment clef du choix de notre orientation, c’est aussi le moment où la majorité des personnes vont se poser la question fatidique « Quel métier vais-je faire plus tard ? ».

Pour les futur Game Designer une question se pose alors plutôt S ou L? Plutôt scientifique ou littéraire ?

Et bien en vérité ce n’est pas le métier qui demande l’un ou l’autre mais plutôt les différentes écoles, dans les fait ce que vous pourriez apprendre dans chacune de ces branches vous servira pour votre futur métier.

Je pense que beaucoup doivent ce dire (je suis passé par là) « Ce que j’apprends à l’école ne me servira jamais », et bien pour le Game Design c’est presque l’inverse, tous ce que vous allez apprendre pourrait vous servir un jour, c’est à vous d’en faire bonne usage !

Pour conclure, renseignez vous sur les différentes écoles (avec ce que je vais vous dire après) et les types de bacs qu’elles demandent.

b/ Les écoles spécialisées

Maintenant que notre métier est de plus en plus connut et reconnut, beaucoup d’écoles offrent une formation en « Game design ».

Je vais être franc en tant que Lead Game designer dans une grosse boite francaise que vous soyez issu de tel ou tel école m’importe peu, voir pas du tous.

La réputation de votre école ou le fait que vous ayez fait 5 années d’études après le bac n’a pour moi aucune valeur, ce seront vos travaux qui parleront pour vous et votre entretien.

C’est bien beau tous ça mais alors comment choisir une école ?

Voici les points importants d’une formation en Game design :

1/ Des cours théoriques : Ils vous enseigneront les bases, les outils d’un Game designer. Demandez quels sont les professeurs et où ont-ils travaillé avant de devenir professeur.

2/ Des groupes de travail : Pour qu’une formation en Game design soit pertinente, il faut qu’elle propose aux élèves de former des groupes pour travailler sur un ou plusieurs projets, pour faire du jeu-vidéo ! La théorie seule ne sert à rien et ce sont vos projets qui vont déterminer si vous allez être engagé ou non. Le travail en équipe est la base du jeu-vidéo !!

3/ Des stages : Le plus importants sont les stages en entreprises. Renseignez vous sur les partenariat ou contact de votre école auprès des boites de jeux-vidéo. Demandez leur si vous êtes suivi et épaulé pour trouver un stage et si ils ont un cahier des anciens élèves. Les stages sont importants, surtout pour votre CV, rien ne remplacera une expérience professionnelle.

Avant de vous lancer dans une formation, qui est très couteuse pour le Game design, renseignez vous sur le net. Essayez d’avoir es avis sur la formation en question.

c/ Ce qui est important à la sortie d’une école

Une seule chose importe à la sortie de votre école : vos travaux et ce que vous en avez retiré.

Faire du jeu-vidéo est compliqué, amener à terme un projet est donc une très bonne chose mais ce qu’il l’est encore plus c’est ce que vous en avez retenu.

Vous avez rencontré des problèmes durant la production, quels étaient-ils ? Quels solutions avez-vous trouvé ?

/d Conclusion

Vous souhaitez devenir Game Designer, ok pourquoi ?

Faire des jeu-vidéo, très bien ! Alors n’attendez pas d’être en école pour en faire !

Lorsque je me suis orienté dans le jeu-vidéo (en graphisme 3D) et que je suis entré en école spécialisé, j’avais déjà fait plusieurs projets de jeu sur des supports variés (pc, dreamcast, cpc6128, jeu de rôle papier) parfois seul et parfois en équipe.

Il existe beaucoup de support vous permettant de créer des jeux rapidement, lancez-vous !

Je ne vais pas vous mentir, le jeu-vidéo est une industrie pas si grande que ça et il y a peu de place de Game Designer, mais avec de la volonté on peut vraiment y arriver.

Si je vous dis ça c’est que je suis bien placé pour ne parler… Je n’ai pas le bac (oui bon ça c’est pas à faire !), aucune formation spécialisée en Game Design et pourtant j’ai réussi à faire ce que j’ai toujours voulut : du Game Design !

Donc croyez-moi, devenir Game designer ne sera pas simple, mais vous pouvez y arriver en vous donnant les moyens.

Voilà, j’espère que cet article vous a plu et n’hésitez pas à me poser des questions et/ou me demander de clarifier certains points, ce sera avec plaisir.

About Jerome Echalard

Gamer, Game Designer and producer. Co-founder of Fundation Studio.