Gameplay émergent

Cet article est destiné à présenter et expliquer les bases de ce que l’on appelle le « Gameplay émergent ». Un sujet faisant couler beaucoup d’encre numérique…

Principe de l’émergence

Avant de parler directement de Gameplay émergent, je vais vous expliquer d’où vient le terme émergence ».

Le concept d’émergence est historiquement apparu vers 1920 d’un groupe de philosophe et biologistes britanniques

L’émergence désigne l’apparition de nouvelles caractéristiques à un certain degré de complexité.

On peut définir l’émergence par deux caractéristiques :

  • l’ensemble fait plus que la somme de ses parties. Ceci signifie qu’on ne peut pas forcément prédire le comportement de l’ensemble par la seule analyse de ses parties.
  • l’ensemble adopte un comportement caractérisable sur lequel la connaissance détaillée de ses parties ne renseigne pas complètement.

Le gameplay émergent

Je vais définir très brièvement ce qu’est un « Gameplay émergent », un terme que vous avez peut-être déjà croisé.
Le « gameplay émergent » est une utilisation créative d’un ou plusieurs mécanismes de jeu, de façon inattendue et qui n’était pas définie, et prévue, par le game designer.
C’est un comportement complexe qui est généralement créé par l’interaction de mécanismes simples.

Exemple de gameplay émergent

Je vais prendre deux exemples simples avec des jeux connus du plus grand nombre : Deus ex et Quake.

Dans Deus ex, le joueur avait l’occasion de récupérer des mines murales. Elles se fixaient au mur et étaient destinées à exploser, provoquant des dégâts de zone.
Mais ces mines pouvaient être détournées de leur rôle principal pour devenir des échelles, permettant ainsi d’atteindre des endroits inaccessibles. Il suffit de placer une mine puis de sauter dessus, replacer une mine et ainsi de suite… C’est bien entendu une utilisation qui n’était pas prévue dans le game design, nous sommes donc en présence d’un gameplay émergent.

Un autre exemple serait l’utilisation du lance-roquette à quake. Prévu comme une arme de longue portée, il peut être utilisé pour effectuer des sauts plus hauts.
Il existe bien d’autres exemples de jeu présentant des gameplay émergents : GTA, les échecs (oui, oui…), etc.

Peut-on créer un gameplay émergent ?

La réponse à cette question pousse au débat… dès lors que l’on prévoit un mécanisme, simple ou complexe, on sort forcément du gameplay émergent étant donné qu’il est « attendu ».
Je pense que l’on peut, non pas créer, mais générer ou anticiper un gameplay émergent.

Les avantages d’un gameplay émergent

Personnellement je vois 3 gros avantages aux gameplays émergents :

– Moins de script, moins de situations prédéfinies donc plus de plaisir à rejouer au jeu.
– Plus de ressources réutilisées
– Le joueur se sent acteur, il sent qu’il peut avoir une influence direct sur le jeu, hors des règles.

Comment créer un gameplay émergent ?

Je ne vais pas trop m’y attarder car ce sera le sujet d’un futur article.
L’idée principale étant de créer des mécanismes simples pouvant être autonome tout en pouvant interagir avec d’autres mécanismes donnant lieu à un gameplay émergent. Je les appelle les « mécanismes morphiques ».

Les implications sur l’IA

L’une des questions que l’on peut se poser est de savoir comment créer une IA (Intelligence Artificielle) qui va pouvoir supporter un gameplay n’étant pas prédéfinit à l’avance.
L’une des pistes serait de créer une IA évolutive, se développant en fonction de l’utilisation des diverses mécaniques de jeu par le joueur.

Le gameplay émergent n’est-il pas un danger pour la scénarisation d’un jeux-vidéo ?

C’est une question que l’on m’a déjà posée, et je souhaitais en parler ici.

Avant de répondre à la question, il faut bien définir les deux grands types de jeu : Progression game et émergent game.
Ces jeux sont constitués des mêmes éléments, la différence réside dans la linéarité et le contrôle des actions.

Dans un « progression game » , le joueur subit le scénario tel qu’il a était prévu, généralement chaque problème n’a qu’une seule solution (ex : God of War). Ce type de jeu permet d’avoir une narration importante et un plaisir immédiat et maîtrisé.

L’ »emergent game » laisse le joueur beaucoup plus libre de ses mouvements. Le joueur reprend enfin sa place d’acteur, il évolue dans un univers ayant ses propres règles. Un problème aura plusieurs solutions et se sera à lui de les trouver en écoutant son bon sens. Ce type de jeu est basé sur un game design dit « systémique », ou chaque élément est autonome bien que certains soient tout de même scriptés.

L’émergent gameplay peut avoir sa place dans un progression game, généralement on note une histoire et des situations scriptées mais un élément du gameplay permet de faire naitre des situations inattendues (ex: Half life 2 et son arme pouvant deplacer les objets).

L’une des solutions est d’utiliser le principe d’« émergent narrative ». On ne prévoit pas un scénario linéaire mais une structure évolutive basée sur les actions du joueur. Ca revient à créer un nombre extrêmement élevé d’arcs scénaristiques définis par un certain nombre de paramètres et qui seront déclenchés lorsque le joueur remplira tous ces paramètres.

Conclusion


Vous l’aurez compris, créer un gameplay émergent permet de placer le joueur dans un rôle de réalisateur plutôt que d’acteur, de lui donner l’impression d’avoir une réel influence sur son univers.
En sachant cela, les questions à ce poser en tant que Game-designer sont les suivantes : Le joueur « cible » souhaite t’il endosser le rôle de réalisateur ? Est-ce qu’un gameplay emergent est tout simplement utile à notre jeu ?

Jerome Echalard

Merci à Joel Lamotte (aka Klaim) pour son avis.

About Jerome Echalard